Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cœur de la Vie

Le Cœur de la Vie

Épanouissement personnel - Naturopathie - Couple - Cuisine - fonctionnement du corps humain -

Publié le par Rachel
Publié dans : #Naturopathie
Hygiène de vie de la femme enceinte : le bilan

La grossesse fait partie des quatre étapes importantes de la vie d’une femme qui sont :

- La menstruation

- Le premier rapport sexuel

- La grossesse

- La ménopause

C’est une période de création et de de connaissance de soi.

 

Le projet de parentalité demande la bonne santé des géniteurs (bon sperme, bonne ovulation).

Le stress, le tabac, l’hyperactivité sportive, l’alcool sont des facteurs qui peuvent empêcher une bonne ovulation et une bonne spermagénése.

Le sang de la mère nourri le fœtus  et son système immunitaire sera donné à l’enfant, il est donc nécessaire de prendre son temps pour faire un bébé afin d’avoir une meilleure hygiène alimentaire et donner toutes les chances pour qu’il soit en bonne santé.

La maman et le papa ont le devoir d’avoir une bonne santé physique, émotionnelle et spirituelle.

Il est indispensable d’avoir une bonne hygiène de vie des deux parents pour avoir un bébé en bonne santé.

Un enfant créé et élevé dans un environnement saint aura une croissance harmonieuse

Dans notre société, la prise en charge médicale a pris la place de la prise en charge individuelle.

Les enfants naissent actuellement avec moins de vitalité à cause, entre autre, des pollutions chimiques et  électromagnétiques.

Les pesticides contenus dans les poissons, les produits laitiers, les fritures, les aliments grillés, le plastique, le micro-onde, l’alimentation industrielle pendant les trois premiers mois de grossesse entrainent des perturbations neurologiques dégénératives de l’enfant qui peuvent provoquer de l’autisme et des cancers.

D’où l’importance d’avoir une alimentation biologique pendant la grossesse.

 

Le monde médicalisé considère la grossesse comme une pathologie, le médecin et la science ont pris le rôle des sages-femmes à l’ancienne à cause de trop de peurs de la mort, de la pathologie et de la douleur.

La femme est prise en otage par cette hyper-médicalisation qui n’est pas nécessaire à 85 %, elle est devenue passive et accepte beaucoup de chose comme la position allongée inconfortable et inadaptée pour un accouchement physiologique.

 

 

Les épisiotomies, les césariennes et les déclenchements sont devenues très courants faute d’informations sur la grossesse et l’accouchement.

Le déclenchement de l’accouchement rend les contractions plus douloureuses ce qui favorise la demande de péridurale qui elle à des risque de multiplier par 2 voire 4 le risque de césarienne parce que la femme n’a plus la possibilité de pousser suffisamment et pas au bon moment n’ayant plus les sensations de ce qui se passe en elle.

Un accouchement physiologique réduit la demande de péridural et donc de césarienne.

La césarienne augmente les troubles respiratoires chez l’enfant (avec grands risques de faire de l’asthme avec l’âge), sa circulation sanguine est plus lente, sa réponse immunitaire sera moins bonne et il aura des risques d’allergies.

 

La femme ne considère plus la grossesse comme naturelle et perd confiance en elle.

Très peu d’enfants naissent en dehors du système de santé même si la grossesse est sans risque (hypertension, diabète…).

Il est nécessaire de lui rappeler sa capacité à enfanter, de favoriser sa participation et de mettre le couple en face de ses responsabilités.

 

Le rôle du père :

Le père est bien souvent dépossédé de son rôle de protecteur et de soutien de sa femme.

Il devrait être garant de l’intimité de sa femme qui lui permettrait de se détendre en se déconnectant de son néocortex afin de pouvoir accoucher physiologiquement et sans douleur.

La douleur est culturelle, la femme est capable de la gérer si elle est préparée et dans un bon environnement.

Le rôle du père est de protéger sa femme du monde extérieur, il est l’interface entre le monde médical et elle, il la protège alors qu’elle est fragile et perturbée par les évènements.

Il est le gardien de l’intimité  et communique avec son enfant.

La présence de l’homme et une bonne préparation à l’accouchement permet à la femme de rester calme, confiante et présente à ce qu’elle vit, dans sa physiologie.

 

Il existe un courant contre la déshumanisation de l’accouchement qui propose d’écrire pendant le 9ème mois un « projet de naissance » qui consiste à discuter de toutes les possibilités qui s’offrent aux futures parents afin que toutes questions éventuelles soit prise en conscience dans le couple (lumière, position de la femme, musique, placenta, cordon, allaitement, avoir le bébé sur le ventre, si il sera lavé avant ou non…  ainsi que les questions plus médicale d’épisiotomie, péridurale, césarienne…) avant et de se mettre en accord avec l’équipe médicale.

Le père est le garant de ce « projet de naissance »

Commenter cet article

Qui suis-je ?

© Photo Jean-Noël Martin www.jnphotoparis.book.fr"Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mon cœur ! " est ma devise.

 

Je vous propose de devenir créateur de votre vie !

 

Je m'appelle Rachel Durant et j'ai 47 ans.

 

Je suis thérapeute holistique, diplômée en Relation d'Aide à l'École "Ecoute Ton Corps" de Lise BOURBEAU et étudiante en naturopathie à ISUPNAT.

 

Je consulte aussi par téléphone et par Skype alors n'hésitez pas à me contacter !

 

 

 

Hébergé par Overblog