Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cœur de la Vie

Le Cœur de la Vie

Épanouissement personnel - Naturopathie - Couple - Cuisine - fonctionnement du corps humain -

Publié le par Rachel
Le système urinaire : l’équilibre hydrique et électrolytique du sang

La composition du sang dépend principalement de trois facteurs :

- L’alimentation

- Le métabolisme cellulaire

- Le débit urinaire

 

Les reins assurent quatre grandes fonctions qui contribuent à maintenir un composition du sang relativement constante :

- L’excrétion des déchets azotés

- Le maintien de l’équilibre hydrique du sang

- Le maintien de l’équilibre électrolytique du sang

- La régulation du PH sanguin

 

Le maintien de l’équilibre hydrique et électrolytique du sang

 

Les liquides organiques et les compartiments hydriques

L’eau constitue 50% de la masse corporelle chez une femme, 60% chez un homme, 75% chez un bébé 45% chez une personne âgée.

L’eau est le solvant universel dans lequel tous les solutés, y compris les électrolytes, sont dissous.

 

Dans l’organisme, l’eau se trouve essentiellement dans trois compartiments :

- Le liquide intracellulaire : à l’intérieure des cellules, forme environ les deux tiers du volume total de l’eau de l’organisme

- Le plasma sanguin

- Le liquide interstitiel des tissus

Le liquide extracellulaire comprend : le plasma sanguin, le liquide interstitiel des tissus, le liquide cérébrospinal, les sérosités, l’humeur aqueuse et le corps vitré de l’œil, la lymphe, et d’autres liquides.

 

Le lien entre l’eau et le sel

L’eau constitue presque tout le volume des divers liquides de l’organisme mais l’équilibre liquidien ne dépend pas seulement de l’eau.

Les types et les quantités de solutés dans l’organisme sont aussi essentiels à l’organisme, particulièrement les ions calcium, potassium, et sodium.

L’équilibre hydrique et l’équilibre électrolytique sont étroitement liés au cours du traitement du sang par les reins.

De très petits changements dans les concentrations en solutés dans les différents compartiments provoquent le déplacement de l’eau d’un compartiment à l’autre, modifiant le volume sanguin et la pression sanguine ; l’activité des cellules excitables, telles que les cellules nerveuses ou musculaires peut être entravé par les dépassements de liquides.

 

Pour conserver l’hydratation de l’organisme, il doit recevoir autant d’eau qu’il en perd.

Les aliments ingérés et les liquides absorbés représentent la majeur partie de l’apport d’eau ; 10% est produit par le métabolisme cellulaire.

L’eau sort de l’organisme par plusieurs voies :

- Dans la respiration

- Dans la transpiration

- Dans les fèces

Le travail des reins est de réguler l’élimination de l’eau dans le l’urine suivant les apports et les dépenses.

 

Le liquide intracellulaire et le liquide extracellulaire doivent tout deux contenir des concentrations adéquates des divers électrolytes.

La pluparts des électrolytes pénètrent dans l’organisme par l’alimentation.

Les reins sont les principaux régulateurs de l’équilibre électrolytique des liquides de l’organisme.

 

La réabsorption de l’eau et des électrolytes par les reins est régie principalement par des hormones.

Lorsque le volume sanguin diminue, comme lors d’une hémorragie, d’une diarrhée ou d’une transpiration abondante, la pression artérielle diminue et entraine une baisse dans la quantité de filtrat élaborée par les reins.

Des influx nerveux sont alors envoyés à la neurohypophyse pour qu’elle libère l’hormone antidiurétique (ADH) afin d’empêcher une perte d’eau excessive dans l’urine.

L’AHD circule dans le sang jusqu’à atteindre les cellules de la paroi des tubules contournés distaux et les tubules rénaux collecteurs et les incite à réabsorber plus d’eau.

L’eau étant envoyée dans la circulation du sang, les reins produiront une petite quantité d’urine très concentrée ; le volume sanguin et la pression artérielle reviendront à la normale.

L’ADH est libérée plus ou moins continuellement, en cas de concentration de solutés trop basse dans le sang, sa sécrétion sera limitée afin de permettre à l’eau en excès d’être éliminée dans l’urine.

 

L’aldostérone est la seconde hormone qui agit sur les reins et qui contribue à la régulation du volume sanguin et de la régulation de la composition sanguine.

Elle est le principal facteur de la régulation rénale de la concentration d’ions sodium dans le liquide extracellulaire et ainsi contribue à la régulation de la concentration d’ions Cl, K+, Mg2.

L’ion sodium (Na+) est l’électrolyte dont dépend le plus le déplacement de l’eau.

Que l’aldostérone soit là ou non, 80% du sodium du filtra est réabsorbé dans les tubules contournés proximaux des reins.

Lorsque la concentration d’aldostérone est élevée, presque tous les ions sodium sont réabsorbés dans les tubules contournés distaux et les tubules rénaux collecteurs.

Pour un ion sodium absorbé, un ion chlorure est absorbé et un ion potassium est sécrété dans le filtra.

Donc lorsque la concentration sanguine de sodium augmente, celle du potassium diminue, ce qui ramène ces deux ions dans un équilibre normal dans le sang.

L’aldostérone augmente aussi la réabsorption de l’eau par les cellules tubulaires.

L’eau suivant le sodium, la réabsorption de sodium entraine le retour passif de l’eau dans le sang.

 

L’aldostérone est élaborée par le cortex surrénal.

Bien que l’augmentation du taux de potassium ou la diminution du taux de sodium dans le liquide extracellulaire incitent directement les cellules surrénales à libérer l’aldostérone, c’est le système rénine-angiotensine qui est le principal déclencheur de la libération de l’aldostérone.

La rénine est sécrétée par les cellules de l’appareil juxtaglomérulaire lors d’une modification de la concentration de solutés dans le filtrat ou une pression sanguine faible dans l’artériole afférente.

La rénine catalyse la série de réactions dans lesquelles interviennent le foie et les poumons et qui produisent angiotensine II.

L’angiotensine II agit directement sur les artérioles qui produisent une résistance périphérique en se contractant et sur les cellules du cortex surrénal qui libèrent l’aldostérone ; ce qui entraine une augmentation du volume sanguin et de la pression artérielle.

Le système rénine-angiotensine joue un rôle très important dans la régulation de la pression artérielle.

Sources: "Biologie humaine" Elaine N Marieb et cours ISUPNAT

 

 

Commenter cet article

Qui suis-je ?

© Photo Jean-Noël Martin www.jnphotoparis.book.fr"Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mon cœur ! " est ma devise.

 

Je vous propose de devenir créateur de votre vie !

 

Je m'appelle Rachel Durant et j'ai 47 ans.

 

Je suis thérapeute holistique, diplômée en Relation d'Aide à l'École "Ecoute Ton Corps" de Lise BOURBEAU et étudiante en naturopathie à ISUPNAT.

 

Je consulte aussi par téléphone et par Skype alors n'hésitez pas à me contacter !

 

 

 

Hébergé par Overblog