Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cœur de la Vie

Le Cœur de la Vie

Épanouissement personnel - Naturopathie - Couple - Cuisine - fonctionnement du corps humain -

Publié le par Rachel
Publié dans : #fonctions du corps humain
Le système nerveux: neurophysiologie

Les neurones sont très sensibles aux stimuli : on dit qu’ils sont excitables. Lorsqu’il reçoit un stimulus adéquat, le neurone produit un signal électrique qu’il conduit sur toute la longueur de son axone. Ce phénomène électrique, appelé potentiel d’action (influx nerveux) est la base du fonctionnement du système nerveux.

 

L’influx nerveux est lié à des phénomènes électriques 

- la composition du liquide intracellulaire est différente de celle du liquide extracellulaire.

Le liquide intracellulaire est plus riche en potassium (K+), en phosphate et en anion protéiques.

Le liquide extracellulaire est plus riche en sodium (Na+) et en chlorure (Cl+)

- La membrane plasmique qui sépare le milieu intracellulaire du milieu extracellulaire a une perméabilité sélective qui agit différemment au passage du Na+ et K+. Sur la face interne de la cellule, une accumulation de charge négative s’accumule ainsi et dans la même mesure, une charge positive s’accumule sur sa face externe.

Le potentiel de repos, le potentiel gradué et le potentiel d’action :

Le potentiel électrique ou la différence de potentiel est la somme de l’énergie potentielle de deux charges opposées et séparées. Qui se mesure en volt.

Au niveau de la membrane plasmique, ce potentiel est appelé potentiel de membrane. Il est engendré par la différence dans la composition ionique du cytoplasme et du liquide interstitiel et par la différence de perméabilité de la membrane plasmique à ces ions.

Dans les neurones, les modifications du potentiel de membrane servent  de signaux pour la réception de l’information, son intégration, et l’acheminement de la réponse appropriée.

- le potentiel de repos : lorsque les cellules sont au repos (de -40 à -90 mV selon les cellules).

- le potentiel d’action : modification du potentiel membranaire qui se propage sur toute la longueur de l’axone. C’est une brève inversion du potentiel de membrane, d’une amplitude totale d’environ 100mV (de -70mV à +30mV). Le potentiel d’action est donc une dépolarisation. Dans un neurone le potentiel d’action est appelé influx nerveux.

- le potentiel gradué : est une modification locale et de courte durée du potentiel de membrane dans le sens de la dépolarisation ou de hyperpolarisation. Ces changements provoquent l’apparition d’un courant électrique dont le voltage diminue avec la distance parcourue.

 

Production d’un potentiel d’action 

La production d’un potentiel d’action repose sur trois modifications de la perméabilité membranaire qui se succèdent tout en étant liées.

- état de repos : les canaux voltage-dépendants sont fermés. De petites quantités d’ions K+ s’échappent de la cellule par les canaux à diffusion passive et des quantités infimes d’ions Na+ diffusent vers l’intérieur de la cellule.

- la dépolarisation : Accroissement de la perméabilité au sodium et inversion du potentiel de membrane. La face interne de la membrane devient moins négative que le potentiel de repos.

- phase de repolarisation : diminution de la perméabilité du sodium et accroissement de la perméabilité au potassium.

- l’hyperpolarisation maintien de la perméabilité au potassium. Il se produit lorsque le potentiel de membrane augmente et devient plus négative que le potentiel de repos.

La dépolarisation accroit la probabilité de production d’influx nerveux, tandis que l’hyperpolarisation la diminue.

 

La propagation du potentiel d’action :

Après être produit, le potentiel d’action doit être envoyé sur toute la longueur de l’axone afin de transporter des messages d’une partie du corps à une autre.

Lorsqu’un influx nerveux (IN) se produit, il provoque une dépolarisation locale de la membrane ainsi que dans la région membranaire voisine par courant local. Un nouveau potentiel d’action se produit et ainsi de suite tout le long de la membrane.

Les parties de la membrane qui viennent de subir un IN ont une période réfractaire, il ne peut donc se propager qu’en s’éloignant de son point d’origine.

Dans les axones myélinisés, la transmission du potentiel d’action se fait de nœud de Ranvier en nœud de Ranvier. Cette conduction permet une propagation beaucoup plus rapide et plus économique de l’IN.

 

Vitesse de propagation d’un IN :

La vitesse de propagation ne dépend pas de l’intensité du stimulus.

Il dépend :

- de la présence de la gaine de myéline

- du diamètre de la fibre nerveuse, plus il est grand plus la vitesse de conduction est importante.

 

L’intensité du stimulus au niveau de la fibre nerveuse :

Lorsqu’un IN se produit, il est toujours de même intensité indépendamment de la force du stimulus.

L’intensité de la force du stimulus dépend :

- le nombre de l’IN générés par unité de temps

- la nombre de neurones recrutés

 

La synapse

Une synapse permet le transfert d’informations entre :

- 2 neurones

- un neurone et une cellule musculaire

- un neurone et une cellule glandulaire

 

Neurone présynaptique : est le neurone qui donne l’information

Neurone postsynaptique : est le neurone qui reçoit l’information

 

Les synapses électriques : le courant ionique passe directement d’une cellule à l’autre entrainant un potentiel d’action dans le neurone postsynaptique. Peu nombreuses dans le SN, elles permettent une communication rapide et une activité synchronisée d’un groupe de neurones ou de cellules musculaires.

Les synapses chimiques : les membranes pré et post-synaptiques sont séparées par un minuscule espace rempli de liquide extracellulaire appelé fente synaptique.

 

Neurotransmetteurs : est le langage du système nerveux qui permet à chaque neurone de communiquer avec les autres afin de traiter et d’envoyer des messages dans le reste de l’organisme. La plupart des facteurs qui agissent sur la transmission synaptique agissent en augmentant ou en empêchant la libération ou la dégradation de neurotransmetteurs ou en bloquant leur liaison aux récepteurs.

Ils peuvent être excitateurs à un endroit et inhibiteurs à un autre. Du point de vue chimique, il existe 4 grandes classes de neurotransmetteurs :

- acétylcholine

- monoamines

- les acides aminés

- les peptides

 

Fonctionnement de la synapse chimique :

- l’IN arrive à l’extrémité de l’axone

- libération par le neurone présynaptique de neurotransmetteurs dans la fente synaptique

- les neurotransmetteurs se fixent à des protéines réceptrices situées à la surface de la membrane du neurone postsynaptique

- les canaux chimiquement dépendants de la cellule postsynaptique s’ouvrent

- le flux ionique produit un potentiel gradué appelé potentiel postsynaptique

- le potentiel postsynaptique se propage jusqu’à la partie initiale de l’axone postsynaptique appelé zone gâchette

Potentiel postsynaptique :

Il peut être :

- potentiel postsynaptique excitateur : lorsque le neurotransmetteur favorise sur l’excès d’ions + dans la cellule et provoque une dépolarisation de la membrane postsynaptique

- potentiel postsynaptique inhibiteur : lorsque le neurotransmetteur favorise sur l’excès d’ions - dans la cellule et provoque une hyperpolarisation de la membrane postsynaptique

 

Un seul neurone postsynaptique reçoit de l’information en provenance de nombreux neurones présynaptiques. Certain de ces synapses produisent de l’excitation et d’autres de l’inhibition. La somme de ces effets détermine la production ou non d’IN dans le neurone postsynaptique.

 

L'influx nerveux dans son ensemble est un phénoméne électrochimique. La propagation le long de la membrane du neurone est l'aspact électrique. La transmission par le neutransmetteur au neurone voisin est l'aspect himique. Les neurones communiquent simultanément dans un sens ou dans l'autre avec une multitude de neurones

 

Elimination des neurotransmetteurs :

L’influx nerveux ne dure pas plus d’une fraction de seconde. Les neurotransmetteurs quittent la fente synaptique. Certains diffusent vers l’extérieur de la fente synaptique, d’autres sont dégradés par des enzymes et d’autre sont récupérée par le neurone qui les a libérés.

 

Modification de la condution de l'influx nerveux et de la transmission synaptique:

- l'augmentation du PH sanguin entraîne une plus grande excitabilité des neurones 

- la chaleur augmente la vitesse de propagation de l'IN et le froid la ralentit

- la pression prolongée d'un nerf

- l'alcool, les tranquilisants, les hypnotiques et les anesthésiques, augmentent le seuil d'excitation des neurones; la nicotine et la caféine le baisse

Au niveau d'une synapse, on peut agir sur la transmission en augmentant ou en diminuant la libération du neurotransmetteur ou en bloquant le recepteur.

Sources: "Biologie humaine" Elaine N Marieb et cours ISUPNAT 

Commenter cet article

Qui suis-je ?

© Photo Jean-Noël Martin www.jnphotoparis.book.fr"Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mon cœur ! " est ma devise.

 

Je vous propose de devenir créateur de votre vie !

 

Je m'appelle Rachel Durant et j'ai 47 ans.

 

Je suis thérapeute holistique, diplômée en Relation d'Aide à l'École "Ecoute Ton Corps" de Lise BOURBEAU et étudiante en naturopathie à ISUPNAT.

 

Je consulte aussi par téléphone et par Skype alors n'hésitez pas à me contacter !

 

 

 

Hébergé par Overblog