Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cœur de la Vie

Le Cœur de la Vie

Épanouissement personnel - Naturopathie - Couple - Cuisine - fonctionnement du corps humain -

Publié le par Rachel
Publié dans : #fonctions du corps humain
Le système endocrinien: les principales glandes endocrines et quelques-unes de leurs hormones

 

 

Glande

Hormone

Groupe Chimique

Actions représentatives

Mécanique de régulation

 

Corps pinéal

 

Mélatonine

 

Amine

- Intervient dans les activités rythmiques (quotidiennes et saisonnières)

- + élevée le soir et rend somnolent

- Elle semble freiner la fonction des ovaires et des testicules.

 

- Cycle jour/nuit

- La sécrétion de mélatonine peut être perturbée lorsque l’on passe rapidement plusieurs fuseaux horaires

- Les symptômes d’un déficit en mélatonine seront des troubles du sommeil et de l’humeur.

 

 

Hypophyse

neurohypophyse

 

ADH

Hormone antidiurétique

 

Peptide

 

- Favorise la réabsorption d’eau par les reins

- Elle permet ainsi de préserver le volume sanguin en diminuant l’eau excrétée dans les urines.

- Elle provoque une vasoconstriction des artérioles, ce qui élève la pression artérielle, et elle diminue l’activité sécrétoire des glandes sudoripares.

 

- En cas de déshydratation : des récepteurs situés dans l’hypothalamus sensibles à la pression osmotique envoient des influx nerveux qui stimulent la sécrétion d’HAD.

- En cas d’hyperhydratation: ces récepteurs cessent d’émettre des influx nerveux, le sujet urine alors d’avantage et le sang revient à un état normal. 

- le stress

- la douleur

- la nicotine

- l’hypoglycémie

-  l’alcool et le café inhibent la sécrétion d’HAD.  

 

 

Hypophyse

neurohypophyse

 

 

Ocytocine

 

 

Peptide

 

 

- Stimule la contraction de l’utérus et le réflexe de déclenchement de la sécrétion lactée

 

- Système nerveux (hypothalamus) en réponse à l’étirement de l’utérus et à la succion du mamelon

 

 

 

Hypophyse

Adénohypophyse

 

 

GH

Hormone de croissance

 

 

Protéine

- Elle stimule la croissance corporelle en particulier des os longs et de la masse musculaire.

- Elle stimule la division des cellules et elle agit sur le métabolisme des protéines, des lipides et des glucides. 

 

- Au niveau des protéines : augmente leur fabrication et diminue leur dégradation.

Chez l’enfant et l’adolescent, permet d’accroître le squelette et les muscles.

Chez l’adulte, contribue au maintien du volume des os et des muscles et favorise  la réparation des tissus. 

- Au  niveau des lipides : stimule dans le tissu graisseux sa dégradation en acides gras et incite d’autres cellules à utiliser ces acides gras à des fins énergétiques. 

- Au niveau de glucides : augmente la glycémie à des fins énergétique par dégradation au niveau du foie du glycogène en glucose. 

 

- Hormones hypothalamiques :

La somatocrinine stimulante 

La somatostatine inhibitrice 

- Facteurs qui stimulent la GH : 

Baisse de la glycémie et d’AG dans le sang, Augmentation d’AA dans le sang

Stress, sommeil profond, jeûne…

- Facteurs qui inhibent la GH : 

Paramètres sanguins inverses

Obésité, carence affective, insuffisance d’hormones thyroïdiennes, GH elle-même (rétroinhibition)

 

 

Hypophyse

Adénohypophyse

 

Prolactine

PRL

 

Protéine

 

- Après l’accouchement, la prolactine stimule et maintien la production de lait par les seins

 

- Hormone hypothalamique

- l’augmentation de la prolactine stimule la production de dopamine (rétro-inhibition)

- la succion du mamelon pendant la lactation stimule la sécrétion de PRH

- l’exercice et les émotions peuvent stimuler la PRH    

 

 

Hypophyse

Adénohypophyse

 

ACTH

Corticotrophine

 

Protéine

 

- Au niveau des surrénales, elle stimule la sécrétion de cortisol qui aide l’organisme à résister au stress. 

 

Glucocorticoïdes

- CRH stimulée par le stress

- Le cortisol inhibe la sécrétion de CRH et d’ACTH (rétro inhibition). 

 

 

Hypophyse

Adénohypophyse

 

TSH

Thyréotrophine

 

Protéine

 

 

- Influe sur le développement de la glande thyroïde

- Elle peut être stimulée par la TRH - Inhibée par la somatostatine et les hormones T3 et T4 (rétro-inhibition). 

 

 

Hypophyse

Adénohypophyse

 

FSH

Hormone folliculo-stimulante

 

Protéine

 

- Au niveau des ovaires, elle stimule la production des ovules et la sécrétion des œstrogènes.

- Au  niveau des testicules, elle stimule la production des spermatozoïdes. 

 

 

- Elle est stimulée par l’hormone hypothalamique GnRH  

- Les œstrogènes et la testostérone vont agir sur l’hypothalamus et l’adénohypophyse pour moduler la libération de GnRH et de FSH, le plus souvent par un système de rétroaction négative. 

- Hormones

Hypothalamiques (CRH)

 

 

Hypophyse

Adénohypophyse

 

 

LH

Hormone lutéinisante

 

 

Protéine

- Déclenche l’expulsion de l’ovule par l’ovaire et pousse le follicule rompu à produire de la progestérone et un peu d’œstrogènes

- Stimule la production de testostérone par les endocrinocytes interstitiels des testicules

 

 

- Idem FSH

 

 

La glande thyroïde

 

T3 triiodothyronine

 

T4 thyroxine

 

 

Amine

 

- Stimule le métabolisme en régissant la vitesse à laquelle le glucose est oxydé et converti en chaleur et énergie chimique

- Essentiel à la croissance du système nerveux et du système génital

 

- La sécrétion de T3 et T4 est principalement contrôlée par la TSH et la TSH par

la TRH qui dépend du taux sanguin de T3 et T4 selon un mécanisme de rétro-inhibition

- Le taux d’iode

Les facteurs qui augmentent la sécrétion de la TRH sont :

- des taux sanguins bas de T3, T4 et TSH

Les facteurs qui vont inhiber la sécrétion de la TRH sont :

- des taux sanguins élevés de T3, T4 et TSH

- des taux élevés de cortisol

- le vieillissement.  

 

 

La glande thyroïde

 

Calcitonine

 

Peptide

 

- Avec la vitamine D et la parathormone, elle régule le taux de calcium et de phosphate dans le sang.  

Elle est hypocalcémiante et hypophosphatémiante

- Au niveau des os : favorise le captage du calcium et des phosphates et favorise leur fixation au niveau des os et des dents. Elle inhibe la dégradation osseuse (inhibition des ostéoclastes).

- Au niveau des reins : augmente l’élimination urinaire du calcium et des phosphates. 

- Antagoniste de la PTH

 

- Sa sécrétion est directement régulée par la calcémie sans passer par l’hypophyse.

- Quand le taux de calcium augmente, la sécrétion de calcitonine est stimulée, et inversement.

- La sécrétion de calcitonine est complètement indépendante de la sécrétion de T3 et T4.  

 

 

Les glandes parathyroïdes

 

PTH

Parathormone

 

Peptide

- La PTH avec la vitamine D et la calcitonine régulent les taux sanguins de calcium et des phosphates. Son rôle principal est de maintenir le taux de calcium sanguin à la normale. Elle est hypercalcémiante. 

Au niveau des os :

Elle augmente la dégradation osseuse (stimulation des ostéoclastes) d’où libération de calcium et phosphate dans le sang. 

Au niveau des reins :

Elle augmente la réabsorption du calcium et du magnésium et diminue celle des phosphates.

Elle favorise également l’élimination du sodium d’où une action hypotensive.

La parathormone stimule au niveau des reins la transformation de la vitamine D inactive en vitamine D active.   

Au niveau des intestins :

La vitamine D augmente l’absorption intestinale du calcium, du magnésium et des phosphates, d’où l’action indirecte de la PTH sur l’intestin. 

L’effet final de la PTH est d’être hypercalcémiante et hypophosphatémiante.

 

 

- Le taux de calcium dans le sang régule le taux de parathormone directement, sans passer par l’hypophyse.

- Si la calcémie diminue, la sécrétion de PTH augmente, et inversement

 

 

 

Les glandes surrénales

- cortex surrénal

 

 

 

Minéral corticoïdes

- Aldostérone

 

 

Stéroïdes

 

- Favorisent la réabsorption du Na+ et l’excrétion du K+ par les reins 

- Assurent l’équilibre hydrique et électrolytique des liquides (eau suivant le sodium)

L’aldostérone a donc tendance à augmenter le volume sanguin et par conséquent à augmenter la pression artérielle. 

 

- Taux de K+ ou de Na+ dans le sang

- Variation dans le sang ou la pression artérielle (le système rénine – angiotensine)

- aussi stimulée dans une certaine mesure par ACTH

 

 

Les glandes surrénales

- cortex surrénal

 

 

Glucocorticoïdes

- Cortisone

- Cortisol

 

 

Stéroïdes

- Élève la glycémie (bon fonctionnement du métabolisme)

- Résistance au stress prolongé en augmentant la glycémie

- Il diminue la réaction inflammatoire.

- Il diminue la réponse immunitaire.

 

Le cortisol en excès va influer sur le fonctionnement de plusieurs appareils.

Au niveau cardiovasculaire, il augmente la pression artérielle.

Au niveau digestif, il favorise la survenue des ulcères (estomac, duodénum).

En excès, il ralentit la formation des os et des cartilages, d’où risque de retard de croissance chez les enfants si la cortisone est donnée au long court et chez l’adulte, la prise régulière de cortisone favorise l’ostéoporose. 

 

- La CRF stimule la sécrétion d’ACTH et l’ACTH stimule la sécrétion de cortisol  

- Le stress physique ou émotionnel stimule la sécrétion de CRF et d’ACTH donc de cortisol.

- Le taux sanguin de cortisol agit directement sur l’hypothalamus et l’hypophyse pour moduler la sécrétion  de CRF et d’ACTH (rétro-inhibition).

 

Les glandes surrénales

- cortex surrénal

 

Hormones sexuelles

- Androgènes

- Œstrogènes

 

Stéroïdes

 

Idem gonades

 

 

Les glandes surrénales

- médulla surrénale

 

Catécholamines

- Adrénaline

-Noradrénaline

 

 

Amines

Elles reproduisent les mêmes effets que ceux du système nerveux sympathique : on dit qu’elles sont sympatico-mimétiques.

- Augmente la fréquence cardiaque, la pression artérielle et la glycémie

- Dilate les petits conduits aériens des poumons

=> augmentation d’oxygène et glucose dans le sang

- Accélèrent l’arrivée du sang dans les organes (encéphale, muscle et cœur)

- Facteur de stress temporaire

Ainsi elles permettent au corps de combattre le stress par des réactions rapides mais qui ne durent pas dans le temps, contrairement au cortisol qui déclenche des réactions prolongées au stress.

 

- Elles sont sous la dépendance directe du SNS

- En dehors de toute excitation nerveuse, il existe une sécrétion basale de repos.

- En cas d’excitation du SNS, il y a augmentation de leurs sécrétions.

- L’hypoglycémie peut stimuler directement la sécrétion de ces hormones.

 

 

Îlots pancréatiques

 

 

Insuline

 

 

 

Protéines

- Abaisser le taux de glucose sanguin

- Stimule la pénétration du glucose sanguin dans les cellules

- Stimule l’utilisation du glucose à l’intérieur de la cellule à des fins énergétiques (production d’ATP)

- Stimule la fabrication de glycogène à partir des molécules de glucose

- Stimule la transformation du glucose en triglycérides pour être stockés dans les cellules graisseuses

- Ralentit la néoglucogenèse

- Participe à la croissance et à la réparation du tissu musculaire en favorisant la fabrication des protéines.

 

- Taux de glucagon dans le sang

- Directement régulée par la glycémie via l’hypothalamus (commande nerveuse).

 

Îlots pancréatiques

 

Glucagon

 

Protéines

 

- Augmenter la glycémie.

Au niveau du foie :

- Accélère la dégradation du glycogène en glucose

- Favorise la néoglucogenèse

- Augmente la libération du glucose dans le sang

Au niveau du métabolisme cellulaire :

- Augmente la dégradation des triglycérides en acide gras 

 

 

 

- Taux de glucose dans le sang

- Une augmentation de l’activité du SNS (stress)

- Augmentation du taux d’acides aminés dans le sang après un repas riche en protéine

- La somatostatine en inhibant la production de l’hormone de croissance, inhibe la sécrétion de glucagon.

 

Thymus

Tyrosine

Peptide

- Pendant l’enfance, sert d’incubateur pour la maturation de lymphocytes T importantes pour le système immunitaire

 

Inconnu

Gonades

Testicules

Androgènes

- Testostérone

 

 

Stéroïdes

- Stimule la fabrication des protéines surtout au niveau des muscles et des os

- Stimule la soudure des cartilages de conjugaison.

- Augmente l’utilisation des graisses et favorise leur stockage dans les muscles de la partie supérieure du corps. 

- Contribue à la formation des spermatozoïdes

- Stimule la libido

 

 

- Gn-RH (hypothalamus)

- FSH et LH (antéhypophyse) 

 

 

 

Gonades

 

 

Ovaires

- œstrogènes

 

 

Stéroïdes

- Assurent la croissance, le développement et le maintien des organes reproducteurs de la femme.

- Stimulent le développement des caractères sexuels secondaires féminins

- Favorisent la croissance au moment de la puberté en stimulant la fabrication des protéines.

- Stoppent la croissance en entraînant la soudure des cartilages de conjugaison

- Augmentent la rétention d’eau.

- Facilitent la minéralisation osseuse

- Abaissent le taux de cholestérol sanguin

- Ont des effets vasculaires, leurs effets à la ménopause entraînent des bouffées de chaleur.

- En petite quantité, ils inhibent les sécrétions de GnRH, FSH et de LH.

- A de fort taux sanguins, ils stimulent les sécrétions de GnRH et de LH. 

- Stimulent la croissance de la muqueuse de l’utérus

- En conjonction avec la progestérone, préparent l’utérus à recevoir l’ovule fécondé

- Contribuent à maintenir la grossesse et préparent les seins à produire du lait (œstrogènes source du placenta)

 

 

- Gn-RH (hypothalamus)

- FSH et LH (antéhypophyse) 

 

 

 

Gonades

 

 

Ovaires

- Progestérone

 

 

Stéroïdes

- Agit de concert avec les œstrogènes pour préparer l’endomètre à une nidation potentielle de l’ovule fécondé - - Stimule un mucus cervical épais et collant alors que les œstrogènes stimulent un mucus cervical abondant et fluide

- Effet hyperthermiant

- A des taux sanguins élevés et en présence d’œstrogènes, elle inhibe la GnRH, la FSH et la LH. 

- Inhibe les contractions de l’utérus pendant la grossesse afin d’empêcher l’avortement

- Contribue à la préparation à la lactation

 

 

- Gn-RH (hypothalamus)

- FSH et LH (antéhypophyse) 

- Fabriquée par le corpsjaune

 

Sources: Cours ISUPNAT et "Biologie humaine" de Elaine N Marieb

Commenter cet article

Qui suis-je ?

© Photo Jean-Noël Martin www.jnphotoparis.book.fr"Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mon cœur ! " est ma devise.

 

Je vous propose de devenir créateur de votre vie !

 

Je m'appelle Rachel Durant et j'ai 47 ans.

 

Je suis thérapeute holistique, diplômée en Relation d'Aide à l'École "Ecoute Ton Corps" de Lise BOURBEAU et étudiante en naturopathie à ISUPNAT.

 

Je consulte aussi par téléphone et par Skype alors n'hésitez pas à me contacter !

 

 

 

Hébergé par Overblog