Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cœur de la Vie

Le Cœur de la Vie

Épanouissement personnel - Naturopathie - Couple - Cuisine - fonctionnement du corps humain -

Publié le par Rachel
Publié dans : #fonctions du corps humain

Le système nerveux autonome (SNA) est la partie du système nerveux périphérique qui préside aux activités automatiques de l’organisme.

Il est composé d’un groupe spécial de neurones qui régissent le muscle cardiaque, les muscles lisses (situés dans les parois lisses des viscères et des vaisseaux sanguins) et des glandes.

Tous les organes contribuent au maintien de l’homéostasie mais la stabilité du milieu interne dépend pour l’essentiel du SNA.

Les activités du SNA ne sont habituellement pas perçues ni maitrisés consciemment.

On dit que le système nerveux autonome est involontaire.

A chaque instant, les viscères transmettent des signaux au SNC et les nerfs du SNA acheminement les commandes permettant d’effectuer les ajustements requis par les conditions du moment.

 

Le système nerveux somatique et le système nerveux autonome diffèrent sur trois points essentiels :

- les neurotransmetteurs qu’ils libèrent

- leurs voies motrices

- leurs organes effecteurs

Dans le système nerveux somatique, le corps cellulaire des neurones moteurs sont situés à l’intérieur du SNC et leurs axones (dans les nerfs spinaux) s’étendent jusqu’au muscles squelettiques qu’ils desservent.

Dans le SNA, on trouve des chaines de deux neurones moteurs. Le premier neurone de chaque chaine est situé dans l’encéphale ou dans la moelle épinière. Son axone, appelé axone préganglionnaire sort du SNC et fait synapse avec le second neurone moteur dans un ganglion à l’extérieur du SNC. L’axone de ce neurone, l’axone postganglionnaire, rejoint ensuite l’organe effecteur.

Le SNA comprend deux parties, la partie sympathique et la partie parasympathique. Elles desservent les mêmes organes mais leur action est antagoniste si bien qu’elles se font contrepoids pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme.

- la partie sympathique mobilise l’organisme dans les situations extrêmes.

Elle amorce une série de réactions qui permettent à l’organisme de s’adapter rapidement et vigoureusement aux situations qui pourraient perturber l’homéostasie. Son rôle est d’instaurer les conditions les plus favorables au déclenchement de la réaction appropriée à toute menace, que cette réaction soit la fuite, une meilleure vision ou une pensée plus claire.

- la partie parasympathique favorise la détente et l’économie de l’organisme.

On peut considérer la partie parasympathique du SNA comme le système qui effectue l’entretien de l’organisme.

 

Malgré les apparences, le fonctionnement de la partie sympathique et celui de la partie parasympathique ne sont pas mutuellement exclusifs. Leur antagonisme est plutôt d’ordre dynamique et les deux procèdent à des subtils ajustements.

Dans des conditions normales, le parasympathique prédomine sur le sympathique auniveau du cœur et des muscles lisses des appareils digestifs et urinaires. Il empêche l’accélération de la fréquence cardiaque et établit les niveaux d’activité normaux des appareils digestifs et urinaires  

Les voies motrices de la partie parasympathique du SNA :

Les corps cellulaires des neurones préganglionnaires sympathiques se trouvent dans la substance grise de la portion dorsolombaire de la moelle épinière.

Les fibres préganglionnaires sympathiques quittent la moelle épinière par la racine antérieure du nerf rachidien.

 

Les voies motrices de la partie sympathique du SNA :

Les corps cellulaires des neurones préganglionnaires parasympathique se trouvent dans le tronc cérébral et dans la région sacrée de la moelle épinière.

Les fibres préganglionnaires parasympathiques quittent le SNC par un nerf crânien ou un nerf rachidien, elles font synapse avec le 2ème neurone dans les ganglions parasympathique. Ces derniers se trouvent loin de la colonne vertébrale, à proximité ou dans les organes effecteurs.

 

Fonctionnement du système nerveux autonome

Les organes innervés par le SNA reçoivent des neuro-fibres de la partie sympathique et de la partie parasympathique sauf la plupart des vaisseaux sanguins et des structures de la peau, quelques glandes de la médulla surrénale qui reçoivent seulement des neurofibres sympathiques.

Lorsqu’elles innervent le même organe, les parties sympathique et parasympathique ont des effets antagonistes, leurs axones postganglionnaires libèrent des neurotransmetteurs différents.

 

Le SNA n’est pas indépendant du système nerveux de la vie de relation. L’hypothalamus en est le principal centre intégrateur et régulateur.

Pour se faire il contient des neurones dont les axones forment des faisceaux qui les relient au centre d’intégration autonome situé dans le tronc cérébral et la moelle épinière et qui influent sur ces centres.

Sources: cours ISUPNAT et "Biologie humaine" Elaine N Marieb

Commenter cet article

Qui suis-je ?

© Photo Jean-Noël Martin www.jnphotoparis.book.fr"Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mon cœur ! " est ma devise.

 

Je vous propose de devenir créateur de votre vie !

 

Je m'appelle Rachel Durant et j'ai 47 ans.

 

Je suis thérapeute holistique, diplômée en Relation d'Aide à l'École "Ecoute Ton Corps" de Lise BOURBEAU et étudiante en naturopathie à ISUPNAT.

 

Je consulte aussi par téléphone et par Skype alors n'hésitez pas à me contacter !

 

 

 

Hébergé par Overblog