Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cœur de la Vie

Le Cœur de la Vie

Épanouissement personnel - Naturopathie - Couple - Cuisine - fonctionnement du corps humain -

Publié le par Rachel
Publié dans : #fonctions du corps humain
Le système endocrinien: le système endocrinien et la fonction hormonale

Le système endocrinien est le deuxième système de régulation  de l’organisme en importance.

En synergie avec le système nerveux, il travaille à coordonner et diriger l’activité cellulaire dont dépend l’homéostasie.

La vitesse d’action des deux systèmes est différente.

- le système nerveux est fait pour agir vite. Par des influx nerveux, il déclenche sur le champ l’activité des muscles et des glandes afin que l’organisme rapidement aux changements internes et externes.

- le système endocrinien agit plus lentement. Il déverse dans le sang des messages chimiques, les hormones, qu’il transporte dans tout l’organisme.

 

Définition des hormones 

Les hormones sont des substances produites dans un organe et transportées par la circulation sanguine dans un autre organe ou tissu dont elle excite ou inhibe le développement et/ou le  fonctionnement.

Leur action s’effectue donc à distance de leur lieu de sécrétion et consiste, avec le système nerveux, à réguler et harmoniser de nombreuses fonctions corporelles. Elles sont efficaces à de très faibles concentrations sanguines.  

 

Les différences entre neurotransmetteur et hormone

- Le système nerveux utilise des influx nerveux qui déclenchent la sécrétion de neurotransmetteurs.

Les neurotransmetteurs agissent sur: 

   - d’autres cellules nerveuses

   - des cellules musculaires

   - des cellules glandulaires.

Leur action va exciter ou inhiber les cellules sur lesquelles ils agissent.

Les influx nerveux produisent une réponse très rapidement mais d’une durée d’action brève. 

- Le système endocrinien utilise des hormones qui sont distribuées à l’ensemble du corps via le sang.

Les hormones sont plus lentes à agir mais produisent des effets plus prolongés.   

 

Il existe deux types de glandes :

- les glandes exocrines : n’ont pas de canal excréteur et déversent leurs produits de sécrétion directement dans les capillaires sanguins. 

Leurs produits sont appelés hormones et sont transportés dans les différentes parties de l’organisme par le sang.  

- les glandes endocrines : secrètent des substances dans un canal excréteur pour être amené :

   - à la surface du corps 

   - à l’intérieur d’une cavité  

 

Les hormones ont des effets étendus et diversifiés :

- Elles modulent l’activité des autres appareils.

- Elles leur permettent de s’adapter aux changements de situation en modulant leur activité (ex : stress, digestion…) 

- Elles agissent sur :

  • l’équilibre hydrique et électrolytique
  • le métabolisme et l’équilibre énergétique
  • la circulation
  • la digestion et l’absorption des aliments
  • le système immunitaire
  • la croissance, le développement et la reproduction
  • le maintien de l’homéostasie 

 

La chimie des hormones

Les hormones peuvent presque toutes être classées en deux groupes :

- les hormones dérivées d’acides aminées (dont les peptides, les protéines et les hormones dérivées de la tyrosine)

Elles sont formées par l’union ou la transformation d’acides aminés.

Elles sont hydrosolubles

Elles peuvent circuler dans le sang sous leur forme libre

- les hormones stéroïdes (synthétisées à partir de cholestérol).

Ce sont les hormones sexuelles et les hormones produites par le cortex surrénal.

Elles sont solubles dans les lipides

Elles doivent s’unir à un transporteur protéique spécifique pour être véhiculées dans le sang

- les hormones phénoliques :

Elles sont dérivées d’un acide aminé phénolique comme l’adrénaline et la noradrénaline, les hormones thyroïdiennes et  la mélatonine.

Les hormones thyroïdiennes sont dérivées de la tyrosine, la mélatonine est un dérivé du tryptophane.

 

Les mécanismes de l’action hormonale

Pour agir à une hormone donnée, une cellule cible doit posséder soit sur sa membrane plasmique, dans son cytoplasme ou son noyau, des récepteurs protéique spécifique auxquels cette hormone peux se lier. L’hormone agit sur l’activité de la cellule seulement lorsque cette liaison à lieu.

Une fois qu’une hormone s’est fixée sur le récepteur d’une cellule cible, elle peut produire différents effets et dépendent du type d’hormone et du type de cellule fille.

- modifier la perméabilité ou le potentiel de repos de la membrane plasmique de la cellule cible

- entraîner la fabrication de protéines spécifiques au niveau de la cellule cible

- activer ou inhiber des enzymes

- déclencher une activité sécrétrice

- stimuler la division cellulaire …

 

Deux mécanismes d’action :

 - L’hormone se fixe directement sur les gènes et modifie leur expression

Les hormones liposolubles traversent facilement la membrane plasmique de leurs cellules cibles.

- l’hormone diffuse à travers la membrane plasmique de leurs cellules cibles

- => l’hormone pénètre dans le noyau

- => liaison avec le récepteur protéique

- => liaison sur des sites précis sur l’ADN de la cellule

- => transcription d’ADN en ARNm

=> synthèse de nouvelles protéines

A l’intérieur de la cellule, elles se fixent sur leur récepteur qui en général est situé dans le noyau de la cellule, ceci modifie l’activité du gêne cible soit en le déclenchant soit en l’inhibant. L’activation du gène aboutit à la fabrication de protéine spécifique. Ce sont ces protéines qui provoquent les réactions physiologiques caractéristiques de l’hormone. 

- L’hormone se fixe sur un récepteur à la surface de la cellule

Les hormones hydrosolubles ne traversent pas la membrane plasmique de leurs cellules cibles. Leurs récepteurs sont donc situés à la surface externe de la membrane.

- l’hormone se lie au récepteur de la membrane

- => série de réactions qui impliquent des substances situées dans la membrane => activation d’une enzyme

- => l’enzyme catalyse, une réaction qui a lieu dans le cytoplasme => second messager

- le messager, induit d’autres changement intracellulaires qui mettent en branle une cascade de réactions chimiques à l‘intérieur de la cellule.

 

L’activité d’une hormone sur sa cellule dépend de trois facteurs :

- de la concentration sanguine de l’hormone

- du nombre de récepteurs sur la cellule cible

- de la façon dont l’hormone interagit avec d’autres hormones  

 

Facteurs de régulation des hormones

- facteur nerveux :  

Les glandes reçoivent des fibres nerveuses dont l’activité influence leur taux de sécrétion hormonale.

Ex : Les fibres nerveuses aboutissant dans la médullosurrénale stimule la libération d’adrénaline. 

- facteurs chimiques :  

Les fluctuations dans la composition chimique du sang, tels que les ions ou les nutriments.

Ex : L’augmentation de la glycémie stimule la sécrétion d’insuline, et inversement. 

- facteurs hormonaux :  

Une hormone contrôle la sécrétion d’une autre hormone.

Ex : La TSH stimule la sécrétion des hormones thyroïdiennes.

 

Le système de rétroaction

Un stimulus amorce une action qui en retour agit sur le stimulus de départ de 2 façons :

- rétroaction négative : action réduit le stimulus initial  

Ex : la parathormone augmente la calcémie sanguine qui en retour va inhiber la libération de parathormone.

- rétroaction positive : l’action accroît le stimulus initial  

Ex : l’ocytocine entraîne les contractions de l’utérus qui stimulent la sécrétion d’ocytocine.  

Source: Cours ISUPNAT et "Biologie humaine" de Elaine N Marieb

 

Commenter cet article

Qui suis-je ?

© Photo Jean-Noël Martin www.jnphotoparis.book.fr"Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mon cœur ! " est ma devise.

 

Je vous propose de devenir créateur de votre vie !

 

Je m'appelle Rachel Durant et j'ai 47 ans.

 

Je suis thérapeute holistique, diplômée en Relation d'Aide à l'École "Ecoute Ton Corps" de Lise BOURBEAU et étudiante en naturopathie à ISUPNAT.

 

Je consulte aussi par téléphone et par Skype alors n'hésitez pas à me contacter !

 

 

 

Hébergé par Overblog