Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cœur de la Vie

Le Cœur de la Vie

Épanouissement personnel - Naturopathie - Couple - Cuisine - fonctionnement du corps humain -

Publié le par Rachel
Publié dans : #fonctions du corps humain
Le système cardiovasculaire: la régulation de la pression artérielle

Les mécanismes nerveux 

Le centre cardiovasculaire 

Le centre cardiovasculaire est un groupe de cellules nerveuses situées dans le bulbe rachidien.

Elles reçoivent des informations venant soit d’autres parties du cerveau, soit de certains récepteurs sensoriels.

Parmi les récepteurs sensoriels, on distingue/

- Les barorécepteurs qui réagissent aux variations de la pression sanguine

- Les chimiorécepteurs qui agissent à la teneur en CO2, en O2 et à l’acidité du sang

 

Le centre cardiovasculaire envoie des influx nerveux ∑ et para ∑ au cœur et aux vaisseaux.

Une contraction de base des vaisseaux est maintenue par des envois continus d’influx nerveux ∑

 

La partie para sympathique à un effet nul sur la pression artérielle

La partie sympathique joue un rôle important sur différents facteurs.

La vasoconstriction, qui accroit la pression artérielle, est le principal effet des neurofibres sympathique sur les vaisseaux sanguins.

 

Les barorécepteurs

Ces récepteurs se trouvent principalement dans la crosse de l’aorte et au niveau des artères carotides.

Ils émettent des influx qui suscitent une vasoconstriction réflexe ramenant la pression artérielle à des valeurs homéostatiques.

Leurs principale fonction est d’agir sue les variations transitoires de la pression artérielle.

En cas d’hypertension au long cour, ils ne sont pas efficaces

 

Ex : pression artérielle augmente (lorsqu’on passe de la position couché à la position debout)

-> plus d’envois d’influx nerveux au centre cardiovasculaire

-> plus d’envois para ∑ au cœur et moins de ∑ au cœur et aux vaisseaux

-> baisse du débit cardiaque, vasodilatation et baisse de la pression artérielle

Lorsque la pression artérielle baisse, les phénomènes s’inversent

 

Les chimiorécepteurs

Ce sont des terminaisons nerveuses associées aux cellules épithéliales qui se trouvent près des barorécepteurs.

Selon la teneur en CO2, en O2 et la composition du sang, ces récepteurs envoient plus ou moins d’influx nerveux au centre cardiovasculaire.

Celui-ci répond par une stimulation ∑ ou para ∑ selon les effets recherchés.

 

Les facteurs rénaux

Les reins jouent un rôle essentiel dans la régulation de la pression artérielle, car ils modifient le volume sanguin.

Lorsque la pression artérielle (ou le volume sanguin) dépasse les valeurs normales, ils laissent passer une plus grande quantité d’eau dans l’urine.

Comme cette eau provient de la circulation sanguine, le volume sanguin diminue, ce qui réduit la pression artérielle.

Lorsque la pression artérielle baisse, les reins retiennent l’eau, ce qui augmente le volume sanguin et, par conséquent, la pression artérielle.

 

Les mécanismes hormonaux

Les hormones agissent soit sur le centre cardiovasculaire, soit sur les muscles lisses de la paroi des artérioles, soit sur les reins.

 

Les hormones de la médullosurrénale

L’adrénaline et la noradrénaline augmentent le débit cardiaque et la pression artérielle.

Elles entrainent une vasoconstriction sauf au niveau des muscles squelettiques et ceux du cœur.

 

L’hormone antidiurétique (HAD)

Elle s’oppose à la diurèse en diminuant l’élimination de l’eau au niveau des reins.

La diminution du volume d’élimination d’eau au niveau des reins augmente le volume sanguin, donc la pression artérielle.

 

Le facteur natriurétique auriculaire

Entraine la baisse de la pression artérielle en favorisant l’élimination de l’eau et du sodium au niveau des reins.

 

L’angiotensine II

Elle augmente la pression artérielle par vasoconstriction et augmentation du volume sanguin

 

L’aldostérone 

La production d’angiotensine  stimule la libération d’aldostérone, une hormone élaborée par le cortex surrénal qui favorise la réabsorption rénale du sodium.

La présence de sodium dans le sang stimule la réabsorption d’eau, le volume sanguin augmentant la pression artérielle.

 

La température

Le froid à un effet vasoconstricteur d’où une diminution du débit sanguin

Inversement pour le chaud

 

Les facteurs chimiques locaux

Ils résultent de l’activité de l’organe considéré.

Si cette activité augmente, la teneur des tissus en O2 diminue et les teneurs en CO2, en ion H+ et d’acide lactique augmentent.

Une dilatation locale des artérioles est entrainée par ces modifications qui augmentent le débit sanguin dans l’organe.

Les phénomènes s’inversent si l’activité de l’organe diminue.

Même si la pression artérielle fluctue, l’irrigation dans le cerveau, le cœur et les reins demeurent relativement constante grâce à cette autorégulation.

Sources: cours  ISUPNAT et "biologie humaine" Elaine N Marieb

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Qui suis-je ?

© Photo Jean-Noël Martin www.jnphotoparis.book.fr"Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mon cœur ! " est ma devise.

 

Je vous propose de devenir créateur de votre vie !

 

Je m'appelle Rachel Durant et j'ai 47 ans.

 

Je suis thérapeute holistique, diplômée en Relation d'Aide à l'École "Ecoute Ton Corps" de Lise BOURBEAU et étudiante en naturopathie à ISUPNAT.

 

Je consulte aussi par téléphone et par Skype alors n'hésitez pas à me contacter !

 

 

 

Hébergé par Overblog