Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cœur de la Vie

Le Cœur de la Vie

Épanouissement personnel - Naturopathie - Couple - Cuisine - fonctionnement du corps humain -

Publié le par Rachel
Publié dans : #fonctions du corps humain
Introduction au cœur humain: le métabolisme du corps humain*

 

Le métabolisme est l’ensemble des réactions chimiques nécessaires au maintien de la vie et qui se produisent dans le corps.

Le métabolisme comprend le catabolisme qui est la dégradation des molécules complexes en substances simples et l’anabolisme qui est la transformation de petites molécules en grosses molécules. L’anabolisme libère l’énergie chimique contenue dans les molécules et nécessaire à la production de l’ATP qui est une molécule indispensable et source d’énergie de toutes les activités cellulaires, y compris le catabolisme. L’ATP permet d’emmagasiner l’énergie libérée lors du catabolisme. Seule une partie de cette énergie est stockée sous forme d’ATP. L’autre partie est perdue sous forme de chaleur.

 

Les nutriments n’ont pas tous le même traitement dans les cellules de l’organisme. Le glucose est habituellement dégradé pour la production d’ATP. Les lipides servent à la fabrication des membranes cellulaires, des gaines de myéline et de graisses isolantes. Ils sont aussi la principale source d’énergie pour la production d’ATP lorsque les glucides sont insuffisants. Les protéines sont mises de côté parce qu’elles sont le principal matériau des structures cellulaires.

 

Métabolisme des glucides

Le glucose, aussi appelé sucre sanguin, est le principal produit de la digestion des glucides. Il est le combustible préféré de l’organisme. Les globules rouges et les neurones n’utilisent que le glucose pour la production d’ATP.

 

La respiration cellulaire :

La respiration cellulaire est la dégradation du glucose utilisant de l’oxygène et produisant de l’eau métabolitiques. Ses trois étapes métaboliques sont la glycolyse, le cycle de Krebs et la chaine respiratoire.

 

La glycolyse  est une étape située dans le cytoplasme de la cellule. La glycolyse produit à partir du glucose :

- 2 acides pyruviques

- 4 ATP

- NADPH/H+ En présence d’oxygène, l’acide pyruvique entre dans le cycle de Krebs et continue sa dégradation.

En absence d’oxygène, l’acide pyruvique est convertie en acide lactique. La dégradation du glucose s’arrête à celle étape avec un bilan énergétique de 2 ATP.

 

Le cycle de Krebs (ou cycle de l’acide citrique) est une étape située dans le cytoplasme de la mitochondrie. Il est à l’origine de presque toute l’eau et du gaz carbonique qui résultent de la respiration cellulaire.

L’acetyl-coA dérivé de  l’acide pyruvique produit via le cycle de Krebs :

- NADH/H+

- FADH2

- 2 ATP

- CO2

Le NADH/H+ et le FADH2 sont des stockeurs d’électrons libérés par les réactions de dégradation. C’est en passant par la chaine respiratoire des mitochondries qu’ils seront exploitables.

 

La chaine respiratoire est située dans la membrane interne des mitochondries. Elle permet l’exploitation des molécules NADH/H+ et FADH2 et la production d’ATP. C’est l’étape la plus productive en énergie, 30 ATP par molécule de glucose. Elle nécessite la présence d’oxygène et produit de l’eau métabolique.

 

Bilan énergétique :

En aérobiose, la cellule produit 36 ATP par molécule de glucose. La molécule de glucose est totalement dégradée en eau et gaz carbonique.

En anaérobiose, la cellule ne produit que deux ATP par molécule de glucose. En aérobiose, il y a production d’acide lactique responsable de crampes et de courbatures. Cette réaction est réversible. En apportant de l’oxygène, l’acide lactique est transformé en acide pyruvique et rentre dans le cycle de Krebs pour y être dégradée.

 

Destination des produits terminaux du métabolisme du glucose :

- l’acide lactique peut gagner le foie pour être reconverti en glucose, c’est la néoglucogenèse. Permet de maintenir la glycémie du sang. Peu favorable énergiquement. Ou bien si oxygénation, transformation en acide pyruvique pour rentrer dans le cycle de Krebs.

- le CO2 est éliminé par les poumons

- l’eau métabolique est excrétée par les reins

 

Le stockage du glucose :

L’excédent de glucose est stocké :

- en glycogène hépatique, principale réserve de glucose rapidement mobilisable par le foie pour l’ensemble des cellules de l’organisme.

- en glycogène musculaire, fournit rapidement le glucose nécessaire à l’activité du muscle en attendant la mobilisation du glycogène hépatique.

- lorsque les réserves de glycogène sont pleines et qu’il y a trop de glucose dans le sang, le glucose est transformé sous forme de triglycérides dans le tissu conjonctif adipeux.

L’insuline est l’hormone utilisée pour l’entrée massive de glucose dans les cellules du foie, des muscles et des cellules graisseuses.

 

La glycémie :

La glycémie est le taux de glucose dans le sang. Le glucose étant la principale source d’énergie pour la production d’ATP, l’équilibre glycémique est essentiel. Si la glycémie est trop élevée (hyperglycémie) le glucose en excès sera stocké dans les cellules sous forme de glycogène. Lorsque la glycémie est trop faible, le foie (hypoglycémie) dégrade du glycogène emmagasiné dans le foie et libère le glucose dans le sang pour nourrir les cellules.

Le maintien de la glycémie dépend :

- d’apport direct de glucose dans le sang

- de la digestion de sucres plus complexes

- de la néoglucogenèse

- du glycérol issu des graisses

- d’acide lactique produit pas les muscles et les globules rouges.

 

Rappel de quelques définitions :

Glucose : principal sucre dans le sang ; monosaccharide

Glycogène : principal glucide mis en réserve dans les tissus (polysaccharide)

Glycogénèse : synthèse du glycogène à partir du glucose

Glycolyse : dégradation du glucose en acide pyruvique : processus anaérobie

Néoglucogenèse : formation dans le foie de glucose à partir de substances non glucidiques

 

Métabolisme des lipides

C’est le foie qui gère la plupart du métabolisme des lipides. Ses cellules utilisent une quantité de lipides pour la fabrication de l’ATP dont elles ont besoin et une autre quantité pour synthétiser les lipoprotéines, la thromboplastine (protéine de coagulation) et le cholestérol. Elles libèrent le reste dans le sang sous forme de produit de dégradation. Les cellules captent ces produits et le cholestérol dans le sang pour les intégrer dans leur membrane ou leurs hormones stéroïdes selon leurs besoins.

Les produits de la digestion des lipides doivent être dégradés en acide acétique avant de servir à la synthèse de l’ATP.

Dans la mitochondrie, l’acide acétique est oxydé en produisant du gaz carbonique, de l’eau et de l’ATP. L’organisme puise plus dans ses lipides pour fabriquer de l’ATP lorsque le glucose ne suffit pas à combler les besoins énergétiques de la cellule. Cette oxydation est rapide mais aussi incomplète. L’acide acétoacétique et l’acétone qui sont des produits intermédiaires, s’accumulent dans le sang jusqu'à le rendre acide, c’est ce que l’on appelle l’acidose ou cétose. Les graisses neutres sont une source importante d’énergie mais le cholestérol, lui, n’est jamais utilisé comme combustible.

 

Origine des lipides :

- dans l’alimentation, les triglycérides sont absorbés au niveau de la muqueuse intestinale et passent dans le système lymphatique puis se déversent dans la circulation sanguine en court-circuitant le foie. Ils arrivent directement au niveau des tissus de stockage.

- ils sont produits à partir de glucose ou de protéines lorsque l’apport dépasse les besoins de l’organisme et conservés dans les tissus de stockage.

La molécule charnière de ces différents métabolismes est l’acétyl-coA.

 

Les lipides « essentiels »

Ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme et doivent être apportés par l’alimentation :

-oméga 3

- oméga 6

- vitamines A, E, K

 

Utilisation des lipides dans l’organisme :

- utilisation dans les structures cellulaires (cholestérol, phospholipides) ou pour la production de produits dérivés (hormones, stéroïdiennes, vitamine D)

- stockage d’énergie

- production d’énergie

 

Le métabolisme des protéines

Les protéines forment l’essentiel des structures cellulaires. Les cellules ne les utilisent donc pas. Les protéines apportées par l’alimentation sont dégradées en acides aminés. Les acides aminés sont acheminés vers la cellule après que le foie ait traité le sang venant du tube digestif et qu’il se soit servi lui-même. Les cellules captent les acides aminés dans le sang et les transforment en protéines qu’elles utiliseront elles-mêmes (enzymes, membranes protéiques du fuseau mitotique et des muscles) ou les exporteront (mucus, hormones…). Les cellules se servent de l’ATP pour transporter les acides aminés à travers la membrane plasmique. Elles ne peuvent synthétiser des protéines qu’à la condition que tous les acides aminés nécessaires leur soient disponibles. Les acides aminé sont au nombre de 20 dont 9 ne peuvent être fabriqués. Ils doivent donc être apportés par l’alimentation et seront stockés pour les besoins immédiats et ou proches.

Les acides aminés ne servent à la production d’ATP qu’en cas d’abondance de protéines ou bien d’une pénurie de glucides et de lipides.

Pour oxyder les acides aminés et produire de l’ATP, les cellules en retirent le groupement amine sous forme d’ammoniaque et le reste de la molécule sera traité par le cycle de Krebs. L’ammoniaque est toxique pour la cellule. Le foie combine l’ammoniaque avec du gaz carbonique qui se transformera en urée. L’urée sera ensuite éliminée par les reins.

 

Destination des acides aminés :

- utilisation par la cellule comme matériel de construction des protéines pour ses propres besoins ou pour produire des produits de sécrétion

- si les cellules n’en ont pas besoin, les acides aminés retournent dans le foie où ils vont être désaminés. La partie azotée produisant de l’ammoniaque toxique pour la cellule sera transformée en urée non toxique et hydrosoluble et éliminée par les reins

- la partie carbonée sera utilisée par la cellule pour fournir de l’énergie via le cycle de Krebs

- produire du glucose par néoglucogenèse avec comme intermédiaire l’acide pyruvique

- transformés en graisse puis stockés

Le corps n’a pas de réserve d’acides aminés. Pendant le jeûne nocturne ou un jeûne prolongé, les protéines musculaires serviront de source en acides aminés.

Source cours ISUPNAT et "biologie humaine" de Elaine N Marieb

Commenter cet article

Qui suis-je ?

© Photo Jean-Noël Martin www.jnphotoparis.book.fr"Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mon cœur ! " est ma devise.

 

Je vous propose de devenir créateur de votre vie !

 

Je m'appelle Rachel Durant et j'ai 47 ans.

 

Je suis thérapeute holistique, diplômée en Relation d'Aide à l'École "Ecoute Ton Corps" de Lise BOURBEAU et étudiante en naturopathie à ISUPNAT.

 

Je consulte aussi par téléphone et par Skype alors n'hésitez pas à me contacter !

 

 

 

Hébergé par Overblog