Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Cœur de la Vie

Le Cœur de la Vie

Épanouissement personnel - Naturopathie - Couple - Cuisine - fonctionnement du corps humain -

Publié le par Rachel
Publié dans : #Développement personnel, #Ecoute ton corps, #moi
Mon corps et moi*

 

J’ai le grand bonheur d’avoir les cinq blessures.

Je dis aujourd’hui bonheur mais cela n’a longtemps pas été le cas.

La caractéristique essentielle de la blessure d’humiliation est d’avoir des rondeurs, un corps souvent trop gros.

J’ai lutté, haï ce corps qui me faisait si honte, que je n’arrivais pas à contrôler et me limitait.

J’ai jugé mon corps trop gros, trop lourd comme une barrière pour m’empêcher de vivre ma vie comme tout le monde.

Aujourd’hui, je sais que je l’ai créé, qu'à ce moment-là j’en avais besoin pour me protéger.

Il m’a fallu du temps pour découvrir les peurs, les croyances cachées derrière ce corps. Je ne les ai d’ailleurs peut être pas encore toutes vues.

 

Mon corps a été une carapace pour me protéger des autres, des agressions et des émotions des autres parce que j’étais trop fusionnelle, trop sensible à mon entourage. 

J’étais forcement responsable, coupable de ce qu’ils vivaient mais comment faire pour les rendre heureux ? C’était trop gros, trop lourd à porter et je portais ce poids dans mon corps.

Je suis inutile, je ne sers à rien, je ne fais aucune différence.

Ce vide en moi, insupportable, impossible à remplir même par la nourriture.

Tant de détresse, tant d’impuissance et personne, personne pour me soutenir, personne pour voir que je suis là, triste, malheureuse, transparente.

Mon corps a essayé de faire en sorte que je sois vue en se rendant plus visible.

Regardez-moi, j’existe, tout mais pas l’indifférence… vous ne savez pas me voir, m’aimer, je vous ferai honte par mon corps !

Cette place que je ne trouvais pas, que je n’arrivais pas à prendre, mon corps la prendra pour moi !

On attendait de moi que je rentre dans le moule, que je sois comme tout le monde, par mon corps, je serais différente !

Je portais mes rondeurs surtout sur les parties basses de mon corps, ce qui signifie que je me protégeais de la sexualité. La mienne, celle des autres ? Sans doute les deux.

Si je n'étais pas désirable, je ne subirais alors pas le désir des autres.

Si je n’ai pas de désir, je ne suis pas une femme, une femme c’est faible, ça subit les hommes, ça donne envie aux hommes, c’est pervers et manipulateur. Je ne veux pas être une femme, je ne veux pas plaire aux hommes, ils ne pensent qu’au sexe.

Mon corps m’a protégée de tout cela pendant mon enfance et mon adolescence. Je n’en avais pas conscience à cette époque. Merci mon corps.

 

J’ai grandi et pour pouvoir être aimée, il fallait être une femme, plaire aux hommes, sinon je resterais seule.

Mon corps a minci pour se faire plus plaisant.

J’ai trouvé un homme qui l’a vu, je le lui ai donné et mon sexe aussi, il ne pouvait  pas s’intéresser à autre chose chez moi de toute façon.

Ensuite, j’ai voulu être aimée, être vue pour moi.

Si je deviens moins désirable, m’aimeras-tu toujours ? Seras-tu toujours fier de moi ?

Vois-tu que je suis malheureuse ? Ce que je fais pour toi ?

Mon corps est allé chercher ses réponses et s’est fait plus gros.

Je suis inutile, je ne sers à rien, je ne fais aucune différence.

Ce vide en moi, insupportable, impossible à remplir même par la nourriture…

 

Les réponses étaient si douloureuses, si remplies de souffrance que je devais me protéger, me cacher. Mon corps a été là pour moi.

Mon monde s’écroule, je n’arrive pas à faire le bonheur de ceux que j’aime, c’est trop lourd. J’en ai plein le dos. Mon corps me le fait sentir et devient de plus en plus lourd, plus gros..

J’ai perdu le contrôle de mon poids comme pour me dire que je perdais le contrôle de la situation.

Que faire dans cette spirale infernale ? Dire stop !

J’ai repris le contrôle de la situation, le contrôle de mon poids et de mon corps.

J’ai retrouvé un homme qui l’a vu, je le lui ai donné avec mon sexe aussi, il ne pouvait pas m’aimer pour autre chose de toute façon…

Comme je n’avais pas vécu  la situation dans l’amour pour moi, j’ai reproduit le même schéma encore deux fois !

Aujourd’hui, j’ai des outils pour travailler sur moi.

J’ai découvert toutes ces croyances, ces peurs..

J’ai appris à m’aimer, à respecter mes limites.

J’ai intégré que je n’étais pas responsable du bonheur des autres et que les autres ne sont pas responsables de mon malheur.

Je suis devenue responsable.

J’apprends à me défaire de mes schémas, à vivre les situations différemment.

Mon corps s’est fait un peu plus léger, j’ai appris à le respecter même s’il n’est pas encore comme j’aimerais qu'il soit.

Je suis utile, je sers à quelque chose, je fais la différence.

Je sais qu’il a encore des messages pour moi.

Je cherche à les découvrir afin de me libérer de lui, de mon histoire.

Ce vide en moi, devient moins grand et plus supportable, je me sens de plus en plus remplie même si parfois j’ai encore besoin de me remplir.

 

Dernièrement j’ai découvert qu’il me protégeait de mon impulsivité.

Qu’il a peur que je trouve un homme qui me voit, que je lui donne mon corps, mon sexe…

Non ! Aujourd’hui, je sais que je suis bien plus qu’un corps et un sexe.

Je suis quelqu’un de bien, qui a une valeur et qui est capable d’être aimé pour moi, pour qui je suis.

Lui, ne me croit pas, il a besoin de le voir, de vivre l’expérience.

Il a raison, je veux vivre l’expérience d’être aimée pour qui je suis !!

Commenter cet article

Qui suis-je ?

© Photo Jean-Noël Martin www.jnphotoparis.book.fr"Bien dans ma tête, bien dans mon corps, bien dans mon cœur ! " est ma devise.

 

Je vous propose de devenir créateur de votre vie !

 

Je m'appelle Rachel Durant et j'ai 47 ans.

 

Je suis thérapeute holistique, diplômée en Relation d'Aide à l'École "Ecoute Ton Corps" de Lise BOURBEAU et étudiante en naturopathie à ISUPNAT.

 

Je consulte aussi par téléphone et par Skype alors n'hésitez pas à me contacter !

 

 

 

Hébergé par Overblog